XUBUXUE. Elliptique – Photopartitions pour trois improvisateurs. Texte critique

Son et lumière. Rythme et brillance. Ondes sonores et apparences lumineuses. Pauses et obscurité. Est-il possible de combiner ces éléments en un système unique de communication qui présente les caractéristiques réelles de la créativité? Ou même de l’improvisation?
Il s’agit, bien sûr, d’un terrain difficile pour ceux qui sont habitués a définir les formes d’expression à travers des frontières infranchissables et des structures linguistiques irréconciliables. Cependant, c’est un endroit à explorer pour ceux qui travaillent de manière flexible, non seulement sur le concept de “multimédialité”, aujourd’hui plus que métabolisé, mais aussi et surtout sur l’hybridation des langages. Le problème est de trouver et utiliser un tissu créatif qui soit métis, et qui donne exactement la même valeur aux plans expressifs qui, au mieux, sont simplement et banalement combinés.
Nous parlons d’un inextricable entrelacement dans lequel une «première langue» est fusionnée avec une “deuxième langue”, et cela fait jaillir une «troisième langue».

Prenez le cas du groupe appelé XUBUXUE. Trois musiciens (Marco Ariano/percussions, Elio Martusciello/laptop et Gianfranco Tedeschi à la contrebasse) jouent/improvisent avec leurs instruments se basant sur les passages et les traînées de lumière, de formes, de zones d’ombre, des géométries abstraites créés par le photographe Pietro D’Agostino. Dans ce cas, les éléments photographiques sont la «première langue», les sons la «deuxième langue», tandis que la combinaison de ces facteurs crée la «troisième langue», c’est-à-dire un système de communication parfaitement mélangé qui procrée un nouveau niveau d’expression, actuellement pas codifié et en constante évolution.
Cette procédure nous oblige à considérer l’action de Pietro D’Agostino et celle de Marco Ariano, Elio Martusciello et Gianfranco Tedeschi, pas sur des coordonnées différentes mais sur un plan identique de l’expression/d’auteur. Et cela implique le fait évident que les quatre artistes sont tous en même temps auteurs de la naissance de la «troisième langue».

L’expérimentation des XUBUXUE représente pour le spectateur/écouteur une expérience sensorielle complètement différente de ce que normalement nous propose l’avant-garde contemporaine. L’importance du travail de ce groupe est de perturber les pratiques institutionnalisées relatives è l’action de voir/écouter obligeant le spectateur de voir/écouter plus seulement de manière passive, mais plutôt de déplacer le produit en une dimension mentale absolument personnelle et totalement créative.
En ce sens, Marco Ariano, Elio Martusciello, Gianfranco Tedeschi et Pietro D’Agostino semblent plûtot des explorateurs à la recherche de ces langues sonores/visuels qui existent réellement (car il y a d’innombrables possibilités fournies par le son et la lumière) mais que les codifications (souvent commerciales) cachent aux récepteurs potentiels (à savoir les êtres humains).

Pour avoir une idée de ce travail rigoureux, il est possible de voir/écouter Elliptique – Photopartitions pour trois improvisateurs, le CD/DVD édité par dadieSchachtel et produit par Fabio Carboni e Stucchi Bruno.
On aura l’impression de pénétrer dans la matière d’une maniére non conventionelle à travers une néo-alphabétisation sensorielle à laquelle non seulement sera soumis, en dépit de lui-même, celui qui écoute/regarde, mais encore, il sera libéré de l’angoisse castratrice de la signification.

© Maurizio G. De Bonis, Critique de cinéma et des arts visuels / © Punto di Svista 07/2011

 

XUBUXUE are: Pietro D’Agostino (visual works), Marco Ariano (drums), Elio Martusciello (laptop), Gianfranco Tedeschi (double bass)

Elliptical – Photoscores for Three Improvisators (Elliptique – Photopartitions pour trois improvisateurs) is curated by Punto di Svista (Via Oderisi da Gubbio 69, 00146 Rome, Italy)

For the Project Elliptical – Photoscores for Three Improvisators (Elliptique – Photopartitions pour trois improvisateurs)PUNTO DI SVISTA is represented by: Maurizio G. De Bonis (Film and Visual Arts Critic, President of Punto di Svista), Orith Youdovich (Photographer, Director of the magazine Punto di Svista – Visual Arts in Italy)